Pourquoi ?

Pour transmettre, partager et donner

C’est la notion de Transmission qui apparaît d’emblée.

Généralement il s’agit de transmission familiale : donner à ceux qu’on aime les souvenirs, les traditions, les valeurs, les réalisations familiales.
C’est aussi laisser une trace de notre vie, de nos expériences.
Les modèles de vie familiale se sont énormément transformés : On constate que la cellule familiale s’est rétrécie au regard de celle d’il y a 50 ou 60 ans ; il est bien rare en effet que plusieurs générations vivent encore sous le même toit. Simultanément, on observe un élargissement de cette même cellule familiale puisque les relations se multiplient au sein des nouvelles familles recomposées où les « codes » sont en train de s’inventer, de se vivre.
Quelle place pour les grands-parents dans la famille d’aujourd’hui ? Certains sont très proches et très présents, d’autres deviennent peu à peu des presque inconnus que l’on côtoie par chance quelques heures à Noël, fête de famille par excellence!
Comment, en partageant si peu de moments de vie commune, transmettre les valeurs et traditions familiales ? Comment se connaître ? Comment se re-connaître ?

Comment identifier ces valeurs qui vivent en nous parfois presque à notre insu ? Comment les intégrer ou les combattre?

Ce phénomène sociétal a-t-il aussi quelque chose à voir avec ce besoin renouvelé de retrouver ses racines, cet intérêt grandissant pour la généalogie et les histoires de vie ? Sans doute.

Le jardin biographique est un outil précieux qui contribue véritablement à répondre à ces attentes.

Le récit de votre vie est un cadeau extrêmement précieux à offrir à vos enfants et petits-enfants. Il parle de vous, de votre vie et de ce fait, il parle aussi d’eux-mêmes.

Pour faire un bilan, se clarifier soi-même

Mettre en lumière et en perspective la richesse de ses vécus, ses découvertes, ses souvenirs et se libérer d’expériences lourdes à porter sont les raisons les plus souvent évoquées.
La vie moderne, comme on l’appelle parfois, nous invite toujours plus tôt à l’autonomie, à l’indépendance, à l’individualisation.
Nos chemins de vie ne sont plus tracés à l’avance comme l’étaient ceux de nos pères et de nos grands-pères ; chacun creuse son sillon, façonne son chemin.
Les routes sont multiples au sein même d’une seule existence.
Il est aujourd’hui admis que l’on exercera plusieurs métiers différents.
Et il n’est pas rare d’entendre une personne dire : « J’ai déjà vécu plusieurs vies… dans celle-ci ! ».
Ce n’est dès lors pas étonnant que l’on ressente le besoin de raconter ces tranches de vies avant de passer à la suivante, histoire de ne pas en perdre le fil rouge!
Ce développement de l’individu, unique, original demande à ce que chacun fasse toutes les expériences lui-même. Il semble que cette recherche de l’identité constitue réellement l’une des questions existentielles de notre temps. Elle est un processus de conscience dont on ne peut plus guère faire l’économie aujourd’hui.
Chacun aspire à savoir d’où il vient, à connaître ses origines pour mieux cerner qui il est!
Le concept de « projet de vie » prend ici tout son sens.

Cependant, il ne s’agit en aucun cas d’aller regarder dans le passé par nostalgie. La motivation première est de se libérer, se clarifier pour accueillir l’avenir avec enthousiasme.

Pour témoigner

« Ah, si mon expérience pouvait servir à d’autres dans la même situation..! »
Voici une phrase que j’entends très souvent. Elle constitue à elle seule l’une des principales motivations qui conduisent au témoignage.
C’est un partage d’expérience.

Par envie

Je rencontre aussi des personnes qui ont toujours eu envie d’écrire leur vie, tout simplement et joyeusement, sans se poser de questions psychologiques, philosophiques ou métaphysiques ; par goût de l’expérience, de l’aventure ou sereinement.

Le récit peut aussi être celui de l’émerveillement quotidien.